EnglishFrançais
  Mot de passe oublié? / Rejoindre la communauté





  Rechercher

 Actualités | Artistes | Oeuvres | Concours | Groupes | Expositions | Cours-Stages | Musées | Associations | Carte d'art 


MARSEILLE-PROVENCE 2013 - CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE
08-11-2012

 DU 1er JANVIER AU 31 DÉCEMBRE 2013

MARSEILLE-PROVENCE 2013 - CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE
 
 
Marseille-Provence
 
Une capitale européenne de la culture située au bord de la Méditerranée, dans un territoire urbain si vaste et singulier, ne peut qu’être hantée par une géographie sillonnée de voyages, de rencontres, de grandes expéditions.
 
Marseille, née de la Méditerranée, est tout à la fois marine et terrienne. D’Aix-en-Provence à Marseille, d’Arles à La Ciotat, se déploie une immense aire urbaine réunissant une centaine de communes. Trois grands aspects en définissent la singularité : les sociabilités interculturelles, la relation ville-nature et les cultures urbaines. Marseille-Provence 2013 a puisé l’esprit de sa programmation dans cette vitalité culturelle et sociale unique.
 
Un fil rouge traverse toute la programmation, qui se construit à la manière d’un récit composé de trois épisodes. Le thème du récit, c’est la Méditerranée, le dialogue des deux rives, « le partage des midis ». On le retrouve dans les « Ateliers de l’EuroMéditerranée », dans les grandes expositions qui scandent l’année, dans le programme des festivals,
 
dans les commandes artistiques, dans les projets littéraires, musicaux, cinématographiques, théâtraux et, enfin, dans les ateliers de participation citoyenne.
 
Trois épisodes composent le récit.
 
L’épisode 1, « Marseille Provence accueille le monde », met en lumière la tradition de l’hospitalité, le cosmopolitisme, le rapport à l’autre. Fondement des cérémonies, fêtes et événements de l’ouverture, il témoigne de la richesse et du foisonnement des nouvelles formes artistiques dans les villes, des nouveaux « territoires de l’art ». Comme, par exemple, le projet This is (not) music.
 
L’épisode 2 « Marseille Provence à ciel ouvert », privilégie, au cours de l’été, les relations à la nature, les parcours, les spectacles et les concerts sous les étoiles, dans des sites inédits.
 
L’épisode 3 « Marseille Provence aux mille visages », met l’accent sur l’art et le vivre ensemble dans l’espace public, les nouvelles écritures contemporaines, les œuvres composées pour l’enfance et la jeunesse, et enfin sur quelques figures emblématiques de l’histoire de l’art et de la pensée méditerranéenne.
 
À cette construction par épisodes s’ajoute une traversée du territoire par plusieurs projets mobiles ou projets circulants qui inscrivent l’idée de parcours et de mobilité au centre des programmations de l’année. Ce sera le GR 2013 ou le Pompidou mobile, les Écrans voyageurs ou Phèdre, le projet Ulysse ou les Grandes Carrioles. Ces projets circulants permettront à des publics très éclatés de partager des moments placés sous le signe de la rencontre.
 
Chaque épisode s’ouvrira par un zoom sur une discipline artistique ou un temps fort, assemblant plusieurs événements majeurs comme l’inauguration de nouveaux édifices culturels, l’ouverture d’expositions.
 
 
 
1st JANUARY - 31 DECEMBER 2013
MARSEILLE-PROVENCE 2013 - EUROPEAN CAPITAL OF CULTURE
 
 
Marseille-Provence
 
Located at the edge of the Mediterranean, this European Capital of Culture, stretching across an impressive and unique urban area, is inevitably affected by its geography. This region is marked by past voyages, encounters, and major expeditions.
 
Marseille, born of the Mediterranean, is a combination of both ocean and earth. Around 100 communes are located in the area stretching between Aix-en-Provence, Arles, La Ciotat and Marseille. The region’s individuality is the result of three factors: intercultural sociability, the relationship between town and country, and urban cultures. This dynamic social and cultural scene was the basis of the Marseille-Provence 2013 programme.
 
One main theme runs through the programme, which is like a narrative in three episodes. This theme is the Mediterranean — dialogue between Mediterranean countries and “sharing the south”. It is present in the Euro-Mediterranean Ateliers, major exhibitions, festivals, artistic commissions, literary events, concerts, film screenings, performances and participative projects. The narrative’s three episodes are as follows:
 
Episode 1: “Marseille Provence, welcoming the world”. This episode focuses on the regional traditions of hospitality, cosmopolitanism and relationships with others. Featuring the opening weekend’s ceremonies, festivities and events, it showcases new forms of cultural expression taking over towns and cities. An example is the project This is (not) music.
 
Episode 2: “Marseille Provence, open sky.” This episode will take place during summer, and gives pride of place to nature, walking trails and outdoor shows and concerts in original locations.
 
Episode 3: “Marseille Provence, land of diversity.” This episode focuses on art, living together in public spaces, contemporary writing, compositions for younger audiences and some of the Mediterranean’s most renowned artists and philosophers.
 
In addition to these episodes, several itinerant and mobile projects will take place all year long, paying tribute to the themes of journeys and mobility. Examples include the GR® 2013, Centre Pompidou Mobile, Travelling Screens, Phaedra, Ulysses and Les Grandes Carrioles. These itinerant projects will give audiences from different backgrounds the opportunity to take part in festive events.
 
Each episode will feature highlights from a particular artistic discipline, giving pride of place to major events such as the opening of new cultural venues and exhibitions.
 
 
LANDSCAPE ARTIST JOHN SLAVIN : SALT RIVER SACRED MOUNTAIN - Edinburgh 10 November to 10 December
18-10-2012

If you are lucky enough to be in Edinburgh this november you'll be able to see the work of John Slavin at his exhibition 'Salt River Sacred Mountain' inspired by the terrific Pyrenean countryside, John's paintings draw us into the mystery, myth and history of this region.

Born in Scotland in 1956 he studied at Edinburgh College of Art from 1975-80. He was taught by Peploe, Blackadder and Philipson and was influenced by The Group of Seven, Canadian landscape painters especially Lawren Harris. Artist in residence at Craigentinny Castle, 1981. Crofter in Aberdeenshire and Banffshire, 1982-3. Drawing and painting in central Scotland, Edinburgh, Glasgow, Stirling, Airdrie and Dunfermline, 1983-1993. Singer, songwriter and musician in Carcassonne 1981;1999. Landscape painter on Skye 1993-2010, and in Pyrenees, 2007-2012.
John is a musician, storyteller and artist. He lives where he works, his paintings of South Skye are from the 12 years he lived in a croft on the Isle of Skye. He now lives in the Pyrenees, he paints outdoors this being so important to him to feel the nature around him, to be on foot absorbing the atmosphere which certainly transmits to us the viewer, we hear the story and feel the music in his work.
In the artist's own words "I feel compelled to inhabit a world of art. My painting is made up entirely of the act of painting. I study from nature and make plentiful quantities of drawings. When I work with pen and pencil on paper I am at every moment aware of the texture, density and colour of the paint which will be employed when the drawing comes to be used as reference. When the muscles of the eye and the hand which holds the implement of pictorial statement are in play, a certain faithful communion with landscape is possible, although the moment of nature is forever superior to the schema of the artist.
As soon as the artist makes a statement his time comes into play. As one matures, that time becomes transparent and permits access to previous experience. The freedom of a dreamer is necessary if the artist is to be in touch with all the critical junctures of apprehension which have come to him in the course of his studies. The image which the viewer is presented with by the artist is merely a stepping stone in the flux of the artist's vision. The process of producing these isolated completions is in practice a continuous one and operates on all levels of the artist's life. Fortunately, the natural elements are conducive to the artistic practice of making humble and loving statements in their praise."
You can see more of John Slavin's work on his website: http://www.john-slavin.co.uk/
LANDSCAPE ARTIST JOHN SLAVIN : SALT RIVER SACRED MOUNTAIN - Edimbourg 10 Novembre au 10 Décembre 2012
Si vous êtes assez chanceux pour être à Edimbourg en novembre prochain, vous serez en mesure de voir le travail de John Slavin au inspiré son exposition «Salt River Montagne sacrée» par la paysage formidable des Pyrénées, les peintures de John nous attirer dans le mystère, mythe et histoire de cette région.
Né en Écosse en 1956, il a étudié à l'Edinburgh College of Art de 1975-80. Il a été enseigné par Peploe, Blackadder et Philipson et a été influencé par le Groupe des Sept, peintres paysagistes canadiens en particulier Lawren Harris. Artiste en résidence au Château Craigentinny, 1981. Crofter dans l'Aberdeenshire et Banffshire, 1982-3. Dessin et peinture dans le centre de l'Ecosse, Edimbourg, Glasgow, Stirling, Airdrie et Dunfermline, 1983-1993. Chanteur, auteur-compositeur et musicien à Carcassonne 1981; 1999. Paysagiste sur Skye 1993-2010, et dans les Pyrénées, 2007-2012.
John est un musicien, conteur et artiste. Il vit, où il travaille, ses peintures de Skye Sud sont parmi les 12 ans, il a vécu dans une petite ferme sur l'île de Skye. Il vit maintenant dans les Pyrénées, il peint à l'extérieur ce qui est si important pour lui de sentir la nature autour de lui, pour être à pied d'absorption de l'atmosphère qui transmet certainement à nous le spectateur, nous entendons l'histoire et de vivre la musique dans son travail.
Selon les propres mots de l'artiste «je me sens obligé de vivre dans un monde de l'art. Ma peinture est faite entièrement de l'acte de peindre. J'étudie de la nature et de fabriquer des quantités abondantes de dessins. Quand je travaille avec un stylo et crayon sur papier je suis à chaque instant conscience de la texture, la densité et la couleur de la peinture qui sera utilisée lorsque le dessin vient d'être utilisé comme référence. Lorsque les muscles de l'½il et la main qui tient l'outil de déclaration picturale sont en jeu, un certain communion fidèle avec le paysage est possible, bien que le moment de la nature est toujours supérieure au schéma de l'artiste.
Dès que l'artiste fait une déclaration son temps entre en jeu. Comme on mûrit, que le temps devient transparent et permet d'accéder à l'expérience précédente. La liberté d'un rêveur est nécessaire si l'artiste est d'être en contact avec tous les moments critiques de l'appréhension qui en sont venus à lui dans le cadre de ses études. L'image que le spectateur est présenté avec l'artiste n'est qu'un tremplin dans le flux de la vision de l'artiste. Le processus de production de ces complétions isolés est en pratique un processus continu et fonctionne sur tous les niveaux de la vie de l'artiste. Heureusement, les éléments naturels sont propices à la pratique artistique de faire des déclarations humbles et affectueux dans leurs louanges. "
Vous pouvez voir plus de travail de John Slavin sur son site Internet : http://www.john-slavin.co.uk/
Les détails de son exposition
 
LE CRÉPUSCULE DES PHARAONS. CHEFS-D'OEUVRE DES DERNIÈRES DYNASTIES EGYPTIENNES
11-01-2012

 DU 23 MARS AU 23 JUILLET 2012 - MUSEE JACQUEMART-ANDRE, PARIS

 

Français

Le dernier millénaire de l’histoire pharaonique, une époque à découvrir

Durant les dix siècles qui précèdent la conquête romaine en 30 avant notre ère, l’Égypte fait face à une multitude d’invasions. Le pays est successivement dirigé par des rois libyens (XXIIe dynastie), des « pharaons noirs » d’origine nubienne (XXVe dynastie) et des Perses (à partir de la XXVIIe dynastie), avant que les Grecs ne leur succèdent lors de la conquête d’Alexandre le Grand en 332 avant notre ère.

Si la période est troublée sur le plan militaire et politique, l’art égyptien, nourri d’une longue tradition pharaonique, conserve tout son prestige auprès des nouveaux souverains étrangers qui s’en réapproprient les codes, en apportant une légère inflexion à certaines caractéristiques stylistiques. Loin de l’image décadente qu’on lui a longtemps associée, cette époque est celle d’un brillant renouveau artistique : sommet de ce millénaire, la période saïte (672-525 avant notre ère) est considérée comme une véritable renaissance de l’art égyptien. C’est au cours de cette époque saïte, pendant la XXVIe dynastie, que l’Égypte regagne son indépendance, avant que le pays ne soit envahi par les Perses qui forment la XXVIIe dynastie.

Une prospérité économique accompagne cette période d’échanges avec les autres civilisations. Elle permet la construction d’importants monuments qui célèbrent la grandeur de la culture égyptienne.

Une production artistique exceptionnelle

Issus de tombes ou de temples prestigieux, sculptures et reliefs, sarcophages et masques funéraires, objets de culte et bijoux sont autant d’illustrations de l’art de cette période, qui mêle élégance des proportions, délicatesse des formes et sobriété des détails. Servie par une maîtrise éprouvée de la technique et un goût prononcé pour la pureté des lignes, la production artistique se distingue alors par des réalisations d’une perfection inégalée, tout particulièrement dans le domaine de la statuaire.

Le parcours de l’exposition : du royaume des vivants au royaume des morts

Cette exposition a été conçue selon un parcours thématique afin de mettre en valeur les multiples visages de l’art égyptien des dix dernières dynasties.

Les Pharaons

Figure essentielle de l’art égyptien, le pharaon est mis à l’honneur dans la première salle. En dépit des bouleversements politiques, chaque nouvelle dynastie a pris soin d’asseoir son autorité en s’inscrivant dans la lignée des grandes figures pharaoniques. Cette galerie permet d’évoquer les différents modes de représentation du pharaon et de réunir quelques figures historiques de l’Égypte tardive : Chéchonk Ier, Psammétique II, Apries, Amasis, Nectanébo Ier, Ptolémée II…

Le monde des dieux

À côté des pharaons, les représentations des dieux sont également réunies dans l’exposition pour souligner l’originalité du panthéon égyptien. Autour d’Amon, d’Isis ou d’Osiris sont présentées de nombreuses divinités anthropomorphes et zoomorphes parmi lesquelles la célèbre statue de Bastet sous forme de chatte, prêtée à titre exceptionnel par le British Museum.

Les influences étrangères qui traversent pendant ces dix siècles l’histoire de l’Egypte mettent à l’honneur les dieux zoomorphes et favorisent le développement de certaines techniques artistiques : le travail de l’or en particulier connaît une période de très grand raffinement à l’époque des dynasties libyennes (Statue fragmentaire d’Amon, période lybienne, New York, Metropolitan Museum).

Le Royaume des morts

De splendides objets funéraires témoignent de l’opulence des sépultures et de la place centrale qu’occupe le culte des morts dans la création artistique (Grand masque funéraire, collection particulière). Trois salles de l’exposition sont consacrées aux tables d’offrandes, situles, stèles, bijoux et ouchebtis qui décoraient les sépultures ainsi qu’à la reconstitution d’une tombe complète avec l’ensemble de son mobilier funéraire dans la grande tradition des dynasties précédentes.

L’Egypte aux mille visages

La représentation du corps tient une place particulière dans la statuaire qui s’illustre par la variété et la finesse des figures masculines ou féminines. La statuaire atteint alors une qualité de représentation encore inégalée : les poses des orants dans le temple se diversifient (Statue-cube de Padishahededet, XXVIe dynastie, Dépôt du Louvre au Petit Palais), la morphologie des corps se précise (Statue « Dattari », XXXe dynastie, Brooklyn Museum, New York), les visages s’individualisent et atteignent un incroyable réalisme comme en témoigne la fameuse Tête verte prêtée à titre exceptionnel par le Musée de Berlin. Une grande importance est donc accordée au visage, qu’il soit expressif ou idéalisé. La diversité culturelle de cette Egypte sans cesse conquise ou libérée nous offre sur mille ans l’image d’une Egypte aux mille visages.

Commissariat

Commissaire général : Olivier Perdu, égyptologue attaché à la Chaire de Civilisation pharaonique du Collège de France, est spécialiste de l’Égypte tardive. Il a en particulier réalisé le catalogue raisonné des statues privées tardives du musée du Louvre.

Commissaire associé : Nicolas Sainte Fare Garnot, conservateur du Musée Jacquemart-André.

http://www.musee-jacquemart-andre.com/

 

 

 

English

23 MARCH - 23 JULY 2012

THE TWILIGHT OF THE PHARAOHS. MASTERPIECES OF THE LAST EGYPTIAN DYNASTIES

JACQUEMART-ANDRE MUSEUM, PARIS

 

For the first time, an exhibition will be devoted to the best creations from Pharaonic Egypt during the ten centuries between the start of the Third Intermediate Period and the end of the Ptolomaic period (1070-30 BC). It will shed new light on this period by revealing its tormented history, with one crisis or invasion following another.

In order to bring together some 140 masterpieces from this period, the Jacquemart-André Museum called on over twenty museums with the greatest wealth of Pharaonic antiquities : the British Museum (London), the Metropolitan Museum (New York), the Ägyptisches Museum (Berlin), the Louvre, among others. The Museum also solicited the help of several private collections in the USA and Europe.

Sculptures, reliefs, sarcophagi, death masks, items of worship and jewellery from tombs and prestigious temples are all illustrations of the richness and diversity of Egyptian art after the last Ramesses. Thanks to a thematic exhibition plan, the Jacquemart-André Museum exhibition evokes the variety of masculine and feminine, royal and divine representations. Splendid funeral items bear witness to the central position that the worship of the dead continues to hold. From the kingdom of the living to the kingdom of the dead, this changing Egypt has multiple faces.

http://www.musee-jacquemart-andre.com/

 
Exposition E*toiles : Emmanuelle Baills expose ses Peintures à Perpignan
14-11-2011
 
Français
 
Emmanuelle Baills expose ses Peintures à Perpignan.

L'artiste peintre Emmanuelle Baills ouvre sa nouvelle exposition au siège de la mutuelle "Via santé Roussillonnaise" à partir du 14 Novembre jusqu'au 30 Decembre 2011.

Originaire de Villeneuve de la Raho c'est en 2008 pendant ses études à l'école des Beaux arts de Montpellier qu'elle a commencé à faire ses premiers pas dans le monde des expositions d'art , avant de revenir récemment sur la région de Perpignan. 

La beauté des couleurs, la musique, la nature qui l'entoure sont ses principales sources d'inspirations qu'elle retranscrit dans des huiles sur toiles d'expressionnisme abstrait. 

Elle travaille essentiellement par séries s'interprétant par un thème ou un concept tout en laissant au public des émotions d'impressions/expressions de couleurs et de matières que chacun ressentira à sa façon. 

Le vernissage se deroulera le jeudi 24 Novembre, de 18h30 à 20h30, avec un mini concert de Lambert (Chanson acoustique) ainsi qu'une projection d'images et un apéritif offert.

Une prochaine exposition est prévue en décembre à la Galerie Moretti du palais des Congres de Tautavel.

English

Emmanuelle Baills is exhibiting in Perpignan.

The painter Emmanuelle Baills is opening a new exhibition at the center "Via santé Roussillonnaise" from the 14th of November to the 30th of December 2011.

From Villeneuve de la Raho, it's in 2008 whilst studying at "L'école des beaux arts de Montpellier" that she started to take her first steps in art exhibitions, before recently coming back to the region of Perpignan.

The beauty of colours, music, and surrounding nature are her main sources of inspiration that she transcribes in oil paintings of abstract expressionism.

She works mainly on series that come from a theme or a concept. These will leave the viewer with a certain emotion of impressions/expressions of colours and materials that each one will perceive their own way.

The preview is taking place on the 24th of November, from 18h30 to 20h30, with a mini-concert of Lambert (accoustic song), a projection of pictures and a free apéritif.

Her next exhibition is planned for December at the "Galerie Moretti" of the "Palais des Congrès" in Tautavel.
 
 
 
CAPTURING THE MODEL, RODIN 300 DRAWINGS 1890-1917
19-10-2011
Musée Rodin, Paris, France

DU 18 NOVEMBRE 2011 AU 1er AVRIL 2012
LA SAISIE DU MODÈLE. RODIN 300 DESSINS,1890-1917


Français

On connaît Rodin sculpteur, mais connaît-on Rodin dessinateur ? Cette exposition rassemble de façon spectaculaire 300 dessins des trente dernières années. C’est dans la dernière partie de sa vie, la forme d’expression prépondérante de l’artiste.

A plus de 60 ans, Rodin entame une véritable carrière de dessinateur. Il a toujours dessiné mais ses dessins postérieurs à 1890 peuvent être considérés comme la dernière manifestation de son génie. Dessinant tous les jours d’après le modèle vivant, sa passion aboutit à une collection de près de 7 000 feuillets rassemblée presque dans sa totalité au musée Rodin. Plusieurs expositions exclusivement dédiées à son œuvre dessiné furent organisées à partir de 1903. L’ambition du musée Rodin est de renouer avec la richesse et l’ampleur de ces expositions permettant au public de découvrir cet aspect peu connu de son talent.

A travers la reconstitution de grandes séries identifiables (les petits dessins à l’encre et à l’aquarelle de 1890-1895, les dessins au trait et au lavis faits autour de 1900, les Psychés, les Femmes aux peignoirs, les Danseuses Cambodgiennes, les dessins modelés et estompés autour de 1910, les derniers dessins envahis de couleurs...), certains thèmes et certaines caractéristiques du dessin de l’artiste sont explorés : la pratique du dessin et les enjeux de la forme reprise, corrigée, raturée, découpée, dédoublée...; la maîtrise du trait continu et synthétique ; le rapport des corps à l’espace ; enfin la femme fatale ou les corps sexués.

Le parcours proposé aboutira aux dessins ultimes de Rodin qui permettent de saisir l’extraordinaire tension introduite par l’artiste entre le naturalisme d’un dessin, captant un geste, un mouvement dans toute son immédiateté, et l’indépendance grandissante du trait et de la couleur.

La liberté du dessin rodinien a contribué à ouvrir un espace immense aux artistes du XXe siècle. Rendre sensible cette liberté est le véritable propos de l’exposition.


English

We know Rodin the sculptor, but do we know Rodin the draftman?

This exhibition presents a spectacular collection of 300 drawings of his last thirty years when drawing was the artist’s predominant form of expression. This late period of Rodin’s career demonstrates the extraordinary tension between the naturalism of a drawing, capturing a gesture, a movement in all its immediacy, and the increasing independence of line and color in the artist’s work. Rodin’s freedom in drawing contributed to opening an immense space for the artists of the 20th century.

At over 60, Rodin embarked upon a true career as a drawer. He had always drawn, but the drawings that date from after 1890 can be considered the last manifestation of his genius. Drawing every day from a live model, his passion resulted in a collection of nearly 7,000 pages, brought together almost in its entirety at the Musée Rodin. Starting in 1903, the museum organized several exhibitions devoted exclusively

to the body of his works in drawing. The Musée Rodin’s ambition is to reconnect with the richness and the breadth of these exhibitions, allowing the public to discover this little-known aspect of his talent.

Through the reconstitution of the major identifiable series (little drawings in ink and watercolor from the years 1890-1895; the Psyches; the Women in Peignoir; the Cambodian Dancers; the shaped and shaded drawings of around 1910; the last drawings, splashed with color, to name just a few), certain themes and characteristics of the artist’s drawings are explored, such as the practice of drawing and the importance of the form that is changed, corrected, erased, cut up, folded in two; the mastery of the continuous and synthetic line; the relationship of body to space; and, finally, the femme fatal or the sexual bodies.

The proposed sequence of the exhibition will end with Rodin’s final drawings, which demonstrate the extraordinary tension the artist introduced between the naturalism of a drawing, capturing a gesture, a movement in all its immediacy, and the increasing independence of line and color. Rodin’s freedom in drawing contributed to opening an immense space for the artists of the 20th century. The true mission of the exhibition is to make the viewer sense this liberty.

 
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 9 sur 409


Accueil | Contact | Livre d'Or | Banners | Liens | L'atelier Parisien | Infos légales         © - 2008/2012 - Artwindow

Si un contenu du site vous appartient veuillez contacter l'administrateur